Ce qu’ils ont légué de beau et de grand

18_zoom_leguergrand

Décrite comme étant complexe et pleine de péripéties par le professeur Isidore Ndaywel è Nziem, l’histoire de la République démocratique du Congo a selon lui connu quatre moments forts. En effet, souligne-t-il dans cet entretien accordé à Opt1mum Magazine, qu’ils sont répartis entre les années 1964-68, 1977-1982, 1992-1998 et 2002-2006 et en livre les caractéristiques essentielles. Cette catégorisation qui part non pas de l’indépendance mais commence avec le démarrage de la première gouvernance de l’ensemble de l’espace national, en 1964, après les mutineries, sécessions, révocations réciproques du président et son premier ministre, mise en congé des Chambres qu’il tient pour « les ratés de l’indépendance », s’arrête aux premières élections en 2006. Par ailleurs, le récit d’Isidore Ndaywel nous éclaire tout aussi sur ce qui constitue le plus grand héritage des trois premiers présidents, en l’occurrence Joseph Kasa-Vubu, Mobutu Sese Seko et Laurent-Désiré Kabila légué au peuple congolais.

Quels sont, selon vous, les moments forts de l’histoire politique de notre pays ?

Déterminer les temps forts ? Cela suppose de prioriser certains facteurs et de mettre en sourdine quelques autres, pourtant notre histoire politique, qui ne totalise qu’un demi-siècle, est complexe et pleine des péripéties. En utilisant comme critères les périodes où l’histoire nationale a connu un réel tournant, j’identifierais volontiers quatre temps forts, en dehors du fait de l’indépendance sur lequel je ne reviens pas. Il s’agirait des années 1964-68, 1977-1982, 1992-1998, 2002-2006.

Pouvez-vous nous dire pourquoi vous les considérez comme des « moments forts » ?

C’est long à détailler, mais en voici quelques points de repère. 1964-1968, c’est le démarrage de la première gouvernance de l’ensemble de l’espace national après les ratés de l’indépendance (mutineries, sécessions, révocations réciproques du président et son premier ministre, mise en congé des Chambres). La période où le gouvernement central, après la fin de la sécession katangaise en janvier 1963, vit sa première expérience de gestion du pays en tant que totalité. C’est aussi la période de l’élaboration de la première Constitution de la République qui soit l’œuvre des Congolais eux-mêmes (Constitution de Luluabourg du 1er août 1964) ; Constitution qui sera revue pour devenir celle du 24 juin 1967 dite « de la IIe République ». C’est aussi la période de l’organisation des premières élections pluralistes post- indépendance en 1965. Certes, c’est aussi la grande période de la rébellion muléliste. Mais en novembre 1965, Ernesto Che Guevara quittera le maquis congolais dégoûté. Un peu plus tard, en 1967, Laurent-Désiré Kabila fera l’autocritique de la rébellion, avant de fonder son propre parti politique, le PRP, le Parti de la Révolution Populaire, pour poursuivre le combat autrement.

Laisser un commentaire

*