Les historiens affirment et les Kinois s’imaginent…

18_zoom_mic

En République démocratique du Congo, il n’est pas un sujet qui défraie autant la chronique que la politique. Le cœur de la République est soumis aux soubresauts des faits et événements qui la caractérisent depuis son accession à l’indépendance voilà près de 56 ans maintenant. Et, en cette période où le débat politique est encore plus actuel avec les discussions alimentées par les accords signés autour des prochaines échéances électorales d’abord le 18 octobre, puis le 31 décembre, Opt1mum Magazine a pensé faire un arrêt sur cette fameuse politique. Ce, non pas pour ouvrir un nouveau débat mais juste question de s’offrir une lecture plus lucide de l’actualité et de la perception qu’en a le peuple. Pour nous y aider, il a fallu les lumières offertes par le décryptage du Pr. Elikia M’Bokolo qui a pour point de départ la Conférence Nationale Souveraine, les résultats d’un sondage exclusif du Cabinet Target réalisé auprès d’un échantillon représentatif des Kinois et la rétrospective du Pr. Ndaywel è Nziem qui nous renseigne sur le plus grand héritage légué par les trois premiers présidents qui ont conduit la destinée de ce pays.

Au travers de sa lecture de la politique des trois dernières décennies en République démocratique du Congo, le Pr. Elikia M’Bokolo nous renvoie à un événement important inscrit dans les annales de son histoire. Mine de rien, de la Conférence nationale de 1991 à aujourd’hui, cela fait 25 ans, une génération. Une période où pourtant la question cruciale n’est pas à proprement la politique comme d’aucuns le penserait. Il n’est plutôt question que des institutions. L’histoire ne serait-elle pas entrain de se répéter ? Et les véritables enjeux quels sont-ils ? Peut-être que l’on devrait plus y faire et la nation s’en porterait mieux…

Laisser un commentaire

*