Comment réussir avec 25 dollars en poche

15_startup_25dollars_
Pablo MBANGU et Yose BILA

«Yes we can». Ce principe cher au président américain Obama résume l’aventure de Pablo Mbangu et Yose Bila, deux jeunes entrepreneurs congolais, passés maîtres dans le redressement des entreprises en République démocratique du Congo, après des études brillantes aux Etats-Unis. Aux commandes de TBM groupe (Tshikut Binen Mbangu), ils gèrent un effectif de 200 personnes.

Tout prédestinait Pablo Mbangu et Yose Bila, deux jeunes hommes de 36 ans, à un jour évoluer dans une même entreprise. Dès leur enfance, les deux élèves ont fréquenté le complexe scolaire ‘‘Loupiots’’ et se sont se retrouvés aux Etats-Unis où chacun est allé enrichir ses connaissances dans les universités américaines.
Si, à Kinshasa, leurs relations étaient timides, le pays de l’Oncle Sam va leur offrir l’opportunité de mieux se connaître. Soumis aux péripéties de la vie estudiantine, ils décident de cohabiter dans un home d’étudiants pour minimiser les frais. Au terme de leurs études, ils décident tous deux de retourner au pays alors que leurs proches les supplient de fuir la misère en restant aux États-Unis.

RETOUR AU CONGO AVEC JUSTE 50 DOLLARS EN POCHE

Fort de leur patriotisme, confiants en un avenir meilleur, les deux jeunes diplômés s’embarquent en décembre 2004 dans l’avion qui les ramène au Congo avec, comme seule ressource, un billet de 50 dollars US en poche. «On s’est juste partagé 25 dollars une fois à Kinshasa, se rappelle
Yose Bila. Nous avons regagné nos familles les mains vides, songeant juste à nous procurer une sim pour nous permettre de communiquer grâce aux portables que nous avions emmenés des Etats-Unis».
Les deux compères ne se croisent pas les bras. Sûrs de leur formation, ils tiennent à tâter du terrain. Ingénieur des mines, diplômé de la Colorado school of mines (1999-2003), la prestigieuse université spécialisée dans le domaine des mines, Pablo Mbangu caresse le rêve de gérer des carrières riches en minerais. Son alter ego, l’économiste Yose Bila, diplômé en gestion des entreprises de la Wichta states University (1998-2003) à Kansas, rêve lui de se lancer dans les affaires.

LEADERS DANS LA DISTRIBUTION DES CELLULAIRES

Les deux diplômés seront d’abord consultants. Ils ouvrent un petit bureau de consulting au centre-ville où ils se proposent de redresser les entreprises croulantes. Le premier marché tombe entre leurs mains : le centre médical du père de Yose Bila. Grâce aux conseils des consultants, le bâtiment qui abrite le centre est repeint, de l’ordre est remis dans la gestion, … à la grande satisfaction des administrateurs.

Toutes les entreprises que nous gérons comprennent environ 200 personnes. Et nous sommes fiers de voir des grandes entreprises comme Vodacom, Airtel, Tigo… recourir aux agents que nous avons formés à AFRICEL

En 2006, le duo est sollicité pour monter l’entreprise AFRICEL, spécialisée dans la distribution des cellulaires. Le projet décolle avec une cinquantaine d’agents, mais pas pour longtemps. En 2008, AFRICEL ferme ses portes.
Le duo redémarre avec une autre entreprise : CELCOM Sprl. Avec à peine 25 agents, ces gestionnaires deviennent leaders dans la distribution des cellulaires. Ils traitent avec de grandes firmes internationales qu’ils emmènent pour la première fois au Congo : Motorola, Nokia, Samsung… passent à tour de rôle entre leurs mains. Mais en 2009, l’aventure s’arrête.

LANCEMENT DE TBM GROUPE

Après un moment de réaménagement, Pablo Mbangu et Yose Bila lancent leur propre entreprise. TBM voit ainsi le jour en 2010. «On s’est par la suite décidé à créer TBM groupe où chacun de nous aura une société dont l’associé sera adjoint, explique Yose Bila. C’est dans ce cadre qu’au- delà de TBM consulting, nous nous sommes lancés depuis une année environ dans la distribution de l’eau minérale au Katanga et dans la distribution des produits BINATON, une marque d’appareils électroménagers anglais».

Désormais autonomes, ils volent de leurs propres ailes sans subir le diktat des partenaires qui ne comprenaient pas toujours leur vision des affaires. En trois ans, raconte Pablo Mbangu, nous avons été contactés par une centaine de clients qui ne comprenaient rien dans le nouveau Code minier. TBM consulting s’est mis alors à conseiller et assister des entrepreneurs congolais qui venaient d’acquérir des propriétés minières au Katanga.

  1. jojo Anziama Reply

    Je suis vraiment surpris de voir un tel parcours..

Laisser un commentaire

*